Paste your Google Webmaster Tools verification code here
Syndic de copropriété bénévole

Syndic de copropriété bénévole, avantages et inconvénients

Le syndic de copropriété bénévole est de plus en plus plébiscité par les copropriétaires. Actuellement ce ne sont pas moins de 50.000 syndics bénévoles qui sont répertoriés en France. Une bonne alternative au syndic professionnel ?

La Gestion En Ligne vous en dit plus sur le syndic de copropriété bénévole, son fonctionnement et ses principaux avantages et inconvénients, afin de faire votre choix en toute connaissance de cause.

 

 

Le fonctionnement du syndic de copropriété bénévole

Il est important tout d’abord de connaître le fonctionnement d’un syndic bénévole, pour mieux savoir si c’est ce qui convient à sa copropriété.

 

Qui peut être syndic bénévole ?

Selon la loi ALUR, tout copropriétaire peut devenir syndic bénévole. La détention d’un seul lot est suffisante pour être éligible. Il est donc assez facile de se présenter comme syndic de copropriété.

Sa désignation se fait de la même manière que pour un syndic de copropriété classique, à savoir qu’un vote à la majorité absolue désigne le syndic bénévole.

 

Les fonctions du syndic bénévole

Il en est de même pour ce qui est de ses fonctions. Celles d’un syndic de copropriété bénévole sont exactement les mêmes que celles d’un syndic professionnel. Le syndic doit s’occuper de la copropriété, tant sur sa gestion financière, que sur sa gestion administrative.

De la même manière, pour tout ce qui est administratif, il a une certaine autonomie pour de nombreuses tâches, tandis que d’autres sont soumises à l’approbation du vote de l’assemblée générale des copropriétaires.

 

 

Les avantages à recourir à un syndic de copropriété bénévole

Après, opter pour un syndic bénévole peut présenter de vrais avantages par rapport à un syndic professionnel. En effet, si les objectifs sont les mêmes, les moyens ne le sont pas, et la façon de les atteindre non plus.

 

Des frais peu élevés

C’est souvent la première raison qui fait que des copropriétaires souhaitent opter pour un syndic bénévole. Celui-ci coûte moins cher qu’un syndic professionnel. Cela ne signifie pas, qu’il n’y a pas de de frais, mais qu’il y a une économie substantielle. Généralement celle-ci peut se chiffrer à 20%, ce qui est important pour les petites copropriétés. Et surtout ces 20% peuvent être réinjectés dans la copropriété afin d’améliorer le confort des habitants, mais aussi de valoriser le patrimoine immobilier des propriétaires ! Attention, si le syndic est bénévole, il bénéficie toutefois du remboursement des frais engagés pour la copropriété dans le cadre de ses activités : impressions, téléphone, déplacements etc …

Bon à savoir : Un syndic bénévole peut toutefois être rémunéré. Dans ce cas, cette rémunération doit être inférieure à celle d’un syndic professionnel.

 

Une très bonne connaissance de la copropriété

C’est le deuxième intérêt à opter pour un syndic bénévole. Généralement habitant dans la copropriété, ou alors bailleurs très impliqués dans la copropriété, les membres du syndic bénévole connaissent très bien les points forts et les points faibles de la copropriété. Il leur est ainsi plus facile de connaître les points sur lesquels il faut agir en premier lieu, mais aussi de quelle manière. C’est un gain de temps inestimable, qui permet très souvent d’économiser en agissant de suite au lieu d’attendre pour faire des travaux plus importants.

 

Une rapidité d’exécution

Etant directement impliqué par les conséquences de ses actes, le syndic de copropriété bénévole agit rapidement au sein de la copropriété et permet ainsi des relations plus apaisées entre les copropriétaires.

C’est justement ce qui est très souvent reproché aux syndics professionnels.

 

 

Les inconvénients à opter pour un syndic de copropriété bénévole

Mais choisir un syndic bénévole, c’est aussi faire face à certains points qui peuvent se révéler être sensibles, suivant les personnes qui composent le syndic bénévole.

 

Une implication importante de la part des copropriétaires

La gestion d’une copropriété est une mission qui nécessite une implication en termes de temps. C’est en effet pour cela que c’est souvent délégué comme prestation à une société spécialisée. Il est donc impératif que les membres du syndic bénévole aient du temps libre afin de pouvoir occuper au mieux toutes les tâches qui lui incombent.

La gestion des prestataires devant intervenir dans la copropriété demande très souvent de passer du temps à rechercher le bon prestataire, demander des devis, relancer les entreprises, surveiller les travaux, veiller au bon fonctionnement de la copropriété. Ce sont d’ailleurs très souvent des tâches à réaliser en cours de journée, et parfois difficilement gérable avec une vie professionnelle classique.

 

Une responsabilité importante

Si les missions d’un syndic bénévole sont les mêmes que celles d’un syndic professionnel, il n’en demeure pas moins que sa responsabilité peut être engagée de la même manière. C’est pour cela qu’il lui est conseiller d’opter pour une assurance en responsabilité civile (RCP).

En effet, une erreur involontaire de gestion (mauvaise lecture du devis d’un prestataire, erreur dans les comptes, oubli d’envoi des convocations pour les assemblées générales etc …) peut avoir des conséquences financières importantes pour la copropriété. Le syndic doit ainsi se protéger mais aussi protéger financièrement la copropriété, car certains erreurs peuvent se révéler être financièrement importantes.

 

Une connaissance nécessaire pour bien agir

Si un syndic bénévole n’est pas tenu de détenir une carte professionnelle, afin d’agir dans l’intérêt de la copropriété, il est vraiment indispensable qu’il ait suffisamment de connaissances et d’expertises en immobilier, droit et fiscalité afin de gérer au mieux la copropriété. C’est ce qui lui permettra d’avoir une bonne vision de l’ensemble à gérer mais aussi des points nécessitants une vigilance accrue.

Il peut lui être indispensable parfois d’avoir recours à des experts, pour l’aider à prendre les bonnes décisions. Il faudra donc prévoir un budget nécessaire dans les frais de gestion. Suivant les domaines, et la récurrence à leurs recours, les montants peuvent alors être élevés et grignoter les économies réalisées par le bénévolat.

 

 

Ainsi, si vous souhaitez passer d’un syndic professionnel à un syndic bénévole, les démarches sont exactement les mêmes que pour un changement de syndic professionnel. Il faut alors porter à l’ordre du jour de l’assemblée générale la question du renouvellement du syndic de copropriété.

Alors prêt à passer à un syndic de copropriété bénévole ?