Complement de loyer

Complément de loyer à Paris : définition et exemple.

Le complément de loyer est le surplus du loyer entre le loyer majoré et le loyer souhaité.

Vous êtes propriétaire d’un bien à Paris, vous devez respecter la Loi Alur sur l’encadrement des loyers.

En effet, depuis le 1er Août 2015 et la loi Alur, les loyers parisiens sont contrôlés, et ne peuvent dépasser une certaine somme selon les biens.

Plusieurs éléments sont pris en compte par cet encadrement. Les caractéristiques relatives à votre bien que sont le quartier, l’année de construction de l’immeuble, le nombre de pièces de l’appartement, sa nature (vide ou meublé), ainsi que sa superficie détermineront le loyer maximum que vous serez autorisé à demander à votre futur locataire.

Calculer votre loyer de référence majoré

Rendez-vous sur le site du service public : www.encadrementdesloyers.gouv.fr/

Pour dépasser cette limite, la possibilité du complément de loyer reste possible. Cependant, elle demeure rare, la loi explicitant le désir que ces compléments restent exceptionnels et soient utilisés avec modération. De ce fait, les éléments permettant d’obtenir cette augmentation sont flous. Il reste donc préférable pour le bailleur de ne pas compter sur ce complément.

Il existe néanmoins des atouts qui aideront à obtenir ce complément recherché : une terrasse ou un jardin, une hauteur de plafond de plus de 3,3 mètres, une vue exceptionnelle sur un monument ou des équipements luxueux permettront au propriétaire d’augmenter le loyer au-delà du montant autorisé. Attention toutefois à bien suivre les règles du complément : vous ne pouvez utiliser un élément pris en compte dans les charges pour justifier un complément de loyer.

Exemple de complément de loyer :

Monsieur X, propriétaire d’un bien dans Paris, souhaite louer. L’encadrement des loyers lui interdit de proposer un loyer supérieur à 1450€ hors charges. Cependant, l’appartement étant bien situé et refait à neuf, Monsieur X décide de fixer son loyer à 1500€ hors charges. Pour se faire, il se justifie par un complément de loyer, prétextant une cuisine bien équipée.
Cette exceptionnalité pour un logement vide fait effectivement parti des éléments pouvant justifier un complément de loyer. Cependant, il n’est pas exclu qu’officiellement, le complément soit refusé dû à l’aspect flou de cette réglementation.

Il s’agit donc d’un élément à manipuler avec précaution, où les certitudes ne concernent qu’une minorité des biens.

Gaz et électricité : nouveaux diagnostics pour la location

Gaz et électricité : nouveaux diagnostics pour la location Les diagnostics gaz et électricité, prévus par la loi ALUR et qui viennent compléter le « dossier de diagnostics techniques », rentrent en application à partir du premier juillet 2017. Ils devront être annexés...

Les diagnostics techniques pour les logements

Les diagnostics techniques pour les logements Depuis quelques années, de nouvelles obligations sont apparues pour le bailleur : constituer un dossier de diagnostics techniques à annexer aux baux d’habitation (locations vides ou meublées) : L’état des risques (ERNMT)...

Impôts 2017 : comment déclarer ses revenus immobiliers ?

Impôts 2017 : comment déclarer ses revenus immobiliers 2016 Impôts 2017 : avant le grand saut de la mise en place du prélèvement à la source, la déclaration des revenus immobiliers 2017 (concernant l'année 2016) ne subit pas de changement par rapport à l'année passée....