audit énergétique

Face à l’urgence climatique et à la flambée des prix de l’énergie, le législateur a imposé l’audit énergétique.

Pour mener à bien ce chantier colossal qu’est la rénovation énergétique des bâtiments énergivores, l’audit énergétique se révèle être un outil précieux. Il permet aux propriétaires de mieux comprendre les performances de leur logement et de définir une stratégie de rénovation efficace.

Mais connaissez-vous vraiment le fonctionnement d’un audit, ce qu’il implique et son coût ?

La Gestion En Ligne vous détaille tout.

 

 

Qu’est-ce qu’un audit énergétique ?

C’est la loi la loi n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience qui a posé les règles de l’audit énergétique.

Il fonctionne selon les principes suivants :

  • Faire un état détaillé de la performance énergétique et environnementale d’un logement
  • Être réalisé par un professionnel
  • Sensibiliser le futur acquéreur à la sobriété énergétique
  • L’orienter vers des travaux de rénovation à réaliser pour améliorer la performance énergétique du logement

 

Les éléments contenus dans l’audit

L’audit énergétique est un bilan complet et complémentaire au DPE, il ne le remplace pas.

Il permet de faire à la fois le point sur la performance énergétique d’un bâtiment, et proposer des solutions pour l’améliorer. Son objectif final est de réduire l’impact environnement du logement.

La performance énergétique du bâtiment

Pour réaliser l’état de cette performance, le professionnel doit rédiger un rapport de synthèse, qui peut s’appuyer sur les données du DPE. Pour cela, il doit par contre absolument avoir réalisé une visite du bâtiment pour vérifier les données et les corriger le cas échéant.

Le document devra donc indiquer les éléments de présentation du bâtiment :

  • État des lieux du bâtiment
  • Données administratives du bâtiment
  • Synthèse de l’ensemble des éléments de contenu de l’audit
  • Annexe explicitant les différentes notions techniques
  • Renvoi vers les structures chargées d’assurer l’information, le conseil et l’accompagnement à la rénovation énergétique
  • Éventuellement, justification des caractéristiques techniques, architecturales, patrimoniales ou coûts des travaux à prévoir
  • Nom et version du logiciel d’audit utilisé

Ensuite, l’audit indique des éléments plus techniques :

  • Caractéristiques de l’enveloppe du bâtiment (surfaces, orientation, caractéristiques thermiques…)
  • Caractéristiques des systèmes techniques (types d’énergie, de générateur, d’émetteur, de ventilation, présence de rapport lié à la chaudière…)
  • Indicateurs de la performance du bâtiment avant travaux (consommations énergétiques primaires et finales, émissions de gaz à effet de serre, frais annuels d’énergie…)
  • Estimation de la performance du bâtiment avant travaux, selon la méthode de calcul conventionnelle utilisée pour l’établissement des DPE
  • Schéma précisant la répartition des déperditions thermiques de votre logement
  • Informations sur les dispositifs de pilotage existants dans le bâtiment (dispositifs de mesure, régulation et contrôle pilotant les équipements du bâtiment)

Les solutions d’amélioration de la performance énergétique

L’auditeur doit ainsi réaliser au minimum deux propositions de travaux de rénovation.

La première proposition de travaux

Elle prévoit un parcours de travaux par étapes et intègre notamment l’étude des six postes de travaux. Ce parcours de travaux respecte les conditions suivantes :

  • Gain d’au moins une classe, et atteindre au minimum la classe E
  • Atteinte de la classe B minimum en étape finale
  • Atteinte de la classe C minimum, pour les bâtiments classés F ou G avant travaux
La deuxième proposition

Elle prévoit un parcours de travaux en une seule étape pour constituer une rénovation performante :

  • Atteinte de la classe B
  • Intégration de l’étude des six postes de travaux

Dans tous les cas, l’audit énergétique doit préciser pour chaque étape des parcours de travaux :

  • La consommation annuelle d’énergie primaire et d’énergie finale du bâtiment après travaux rapportée à sa surface habitable
  • La consommation annuelle totale d’énergie primaire et d’énergie finale du bâtiment après travaux rapportée à sa surface habitable. Ces consommations sont estimées avec et sans déduction de la production d’énergie photovoltaïque autoconsommée
  • Les émissions de gaz à effet de serre du bâtiment après travaux rapportées à la surface habitable
  • Le classement de performance énergétique du bâtiment après travaux
  • L’estimation des économies d’énergie en énergie primaire et en énergie finale ainsi que l’estimation des émissions de gaz à effet de serre évitées, en valeur absolue puis en valeur relative par rapport à l’état initial avant travaux
  • L’impact théorique des travaux proposés sur les frais annuels d’énergie sous la forme d’une fourchette d’économie de coûts
  • L’estimation du coût des travaux d’amélioration de la performance énergétique du logement et des travaux nécessaires
  • La mention des principales aides financières mobilisables et des aides locales disponibles, le cas échéant.
    L’audit énergétique décrit, pour chaque type de travaux proposé, les critères de performances minimales à respecter vis-à-vis des dispositions législatives et règlementaires, et, le cas échéant, pour bénéficier des aides financières associées.

Bon à savoir : Lorsque les contraintes techniques, architecturales ou patrimoniales ou le coût des travaux empêchent que votre logement atteigne la classe B, le professionnel doit le justifier dans son rapport.

 

Sa réalisation par un professionnel

Seuls des professionnels sont habilités à réaliser cet audit énergétique. Ils ne peuvent en aucun cas le sous-traiter.

Pour les maisons individuelles, les professionnels qualifiés sont :

Pour les bâtiments à usage d’habitation comprenant plusieurs logements, les professionnels qualifiés sont :

  • Les bureaux d’études « audit énergétique des bâtiments (tertiaires et/ou habitations collectives) » (qualification OPQIBI 1905),
  • Les sociétés d’architecture et architectes inscrits à l’ordre et ayant suivi une formation.

Afin de trouver les coordonnées de ces professionnels vous pouvez consulter au choix le site de France Rénov’ ou bien l’annuaire des diagnostiqueurs-auditeurs certifiés.

 

La durée de l’audit

L’audit énergétique réalisé est valable 5 ans, contre 10 ans pour le DPE

 

 

Pourquoi réaliser un audit énergétique ?

Les avantages d’un audit énergétique sont multiples :

  • Améliorer le confort de vie : en s’attaquant aux ponts thermiques, à l’isolation et aux systèmes de chauffage, l’audit permet de trouver des solutions pour réduire les courants d’air, les sensations de froid et d’améliorer la qualité de l’air intérieur. Il en résulte un bâtiment bien isolé et performant énergétiquement est plus confortable à vivre, en été comme en hiver.
  • Réduire les factures d’énergie :  L’audit permet d’identifier les sources de gaspillage énergétique et de proposer des solutions pour les corriger. Cela peut se traduire par une réduction significative de la facture d’énergie. Les travaux de rénovation préconisés dans l’audit peuvent générer des économies substantielles sur les consommations d’énergie, pouvant atteindre 70% dans certains cas.
  • Valoriser son patrimoine : un logement performant énergétiquement est plus attractif sur le marché immobilier et se vend plus facilement.
  • Lutter contre le changement climatique : en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, la rénovation énergétique participe à l’effort collectif de lutte contre le dérèglement climatique.

 

 

Qui est concerné par l’audit énergétique ?

L’application de l’audit énergétique est progressive dans le temps en fonction de la classe :

  • Depuis le 1er avril 2023, l’audit énergétique est obligatoire pour la vente de tous les logements classés F et G sur le diagnostic de performance énergétique (DPE)
  • A partir du 1er janvier 2025, pour les logements classés E
  • À partir du 1er janvier 2034, pour les logements classés D

Bon à savoir : Dans les départements et régions d’outre-mer, la réalisation d’un audit énergétique pour les logements classés F ou G s’appliquera à compter du 1er juillet 2024, puis à partir du 1er janvier 2028 pour les logements classés E.

 

 

Comment se déroule un audit énergétique ?

L’audit se déroule en plusieurs phases. Afin de faciliter ses démarches, vous pouvez préparer les documents et informations suivantes :

  • Le DPE, dans le même format que celui dans lequel il vous a été transmis par le professionnel qui a réalisé le DPE
  • Les factures de travaux déjà réalisés le cas échéant
  • Le dossier de diagnostics techniques immobiliers, le cas échéant

Ainsi, l’audit énergétique peut se dérouler en plusieurs étapes successives :

  • Visite du bâtiment: en votre présence ou celle du mandataire, le professionnel examine l’ensemble du bâti, analyse son architecture, ses systèmes de chauffage et de climatisation, l’isolation, etc … tant à l’intérieur, qu’à l’extérieur. Il identifie alors les points faibles et les sources de déperditions d’énergie.
  • Analyse des consommations d’énergie: grâce aux factures d’énergie des dernières années fournies par vos soins, l’auditeur étudie vos habitudes de consommation et identifie les postes les plus énergivores.
  • Réalisations de tests: le professionnel réalise alors des tests pour mesurer l’étanchéité à l’air du bâtiment, la performance des systèmes de chauffage et de climatisation, etc.
  • Rédaction du rapport d’audit: c’est l’étape la plus délicate où l’auditeur synthétise les résultats de l’analyse mais propose également des plans de travaux précis et chiffrés, avec des estimations des gains énergétiques et financiers potentiels.

Ce rapport de synthèse doit vous être transmis dans un délai d’un mois à partir de la date de visite de votre logement sous un format papier et numérique.

 

 

Combien coûte un audit énergétique ?

Le tarif n’est pas réglementé et varie donc d’un professionnel à l’autre. Nous vous conseillons donc de faire établir des devis par plusieurs professionnels.

Sachez qu’il est fonction de la surface de votre logement et de la complexité de l’analyse.

Il faut généralement compter entre 500 € et 2.000 €.

 

 

Des aides financières pour l’audit énergétique

Plusieurs aides financières peuvent être mobilisées pour financer un audit énergétique, notamment :

  • MaPrimeRénov’ : une subvention forfaitaire versée par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) aux propriétaires occupants et aux bailleurs qui réalisent des travaux de rénovation énergétique.
  • Le programme Habiter Mieux : un programme de l’ANAH qui propose des aides financières aux propriétaires modestes pour réaliser des travaux de rénovation énergétique.
  • Les aides locales : certaines régions et collectivités locales proposent également des aides financières pour l’audit énergétique.

 

 

A retenir :

  • L’audit énergétique est obligatoire pour les logements classés F ou G sur le DPE mis en vente depuis le 1er avril 2023, et avec une application progressive pour les autres classes
  • Il doit absolument être réalisé par un professionnel qualifié, appelé auditeur énergétique.
  • Le rapport doit être remis au futur acquéreur du logement.
  • L’audit énergétique est un investissement rentable, qui permet d’avoir une bonne vision des travaux d’économies d’énergie à réaliser pour d’améliorer le confort de vie.

N’hésitez pas à contacter un professionnel qualifié pour réaliser l’audit de votre bâtiment.