Assurance loyers impayés et colocation

Assurance loyers impayés et colocation

Assurance loyers impayés et colocation : L’assurance loyers impayés, dans l’esprit du propriétaire, est une garantie de tranquillité : il sera couvert en cas de défaillance du locataire. Ce sentiment de sécurité peut être trompeur en cas de colocation : il faut bien examiner les contrats d’assurance loyers impayés (que l’on nomme aussi GLI) pour connaître la portée et les limites de garanties dans ce cas. Voir aussi: Assurance loyers impayés ou garant, que choisir ?

Comment éviter les faux dossiers de location ?

La colocation

Le régime de la colocation s’applique aux baux d’habitations souscrits par plusieurs locataires qui ne sont ni mariés ni pacsés. Les couples en union libre et, plus classiquement, les étudiants louant un logement à plusieurs, sont donc des colocataires.

La plupart du temps, les colocataires sont solidaires, c’est-à-dire qu’ils sont individuellement redevables de la totalité du loyer. Les assureurs exigent cette solidarité pour garantir les loyers.

Voir aussi: Assurance loyers impayés sans agence

La particularité de la colocation est qu’un colocataire peut, indépendamment des autres, donner individuellement congé. A l’issue de son préavis de départ, et tant qu’il n’est pas remplacé dans un délai de six mois, il reste solidaire du paiement des loyers. A l’issue de ces six mois, il est dégagé de tout engagement.

Les risques de la colocation

Imaginons une colocation d’un couple en union libre pour un loyer de 800 € par mois. Un des colocataires a 1 300 € de revenus net, et le second gagne 2 100 € mensuels. Les revenus du couple sont suffisants pour payer le loyer. Si le colocataire ayant les revenus les plus importants donne congé et n’est pas remplacé, il restera dans le logement une personne avec 1 300 € de revenus pour un loyer de 800 €. Au bout de six mois, le paiement du loyer reposera exclusivement sur cette personne, sans aucun recours contre l’autre signataire d’origine du bail.

Cette situation ne peut être anticipée ni contrée : le fait s’impose au bailleur, sans aucun recours. La conséquence pour le bailleur est un risque d’impayés ayant très significativement augmenté. Il s’agit là du risque fondamental en cas de colocation : en avoir conscience permet de l’anticiper, préalablement à l’entrée des locataires (choix des candidats, étude de solvabilité…).

L’assurance loyers impayés et la colocation

Les assureurs ont parfaitement compris ce risque et certains l’excluent de leur garantie de diverses manières (voir aussi les critères d’éligibilité de la GLI) :

  • Souscription du contrat GLI : pour certains assureurs, les critères de solvabilité de départ sont plus sévères en cas de colocation.
  • En cours de contrat (départ d’un colocataire) : perte de garantie en cas de non remplacement, réexamen du dossier de solvabilité en cas remplacement

Les conséquences peuvent aller jusqu’à une perte de garantie sans avoir de moyen de s’en prémunir puisque le contrat est en cours, alors même que le risque de défaillance augmente très sensiblement.

En cas de bail de colocation avec une demande de couverture en assurance loyers impayés, il faut bien contrôler la manière dont l’assurance sollicitée gère à la fois les conditions d’entrée dans le contrat, (souscription du contrat GLI), mais aussi et surtout les mouvements « partiels » au sein d’une colocation existante.

La Gestion en Ligne a sélectionné et négocié le meilleur contrat d’assurance loyers impayés du marché puisque, outre une couverture illimitée en montant et durée, en matière de colocation, il offre également la meilleure couverture :

  • Pas de critères de solvabilité spécifiques demandés pour un contrat en colocation
  • Poursuite des garanties à l’identique en cas de départ d’un des colocataires, qu’il soit remplacé ou non.

Voir les tarifs 

 

Sur le même thème: Vacance locative, carence locative: des assurances utiles ?